1974 est une année importante au cours de laquelle ont lieu de nombreuses apparitions insolites partout en France. Un nombre considérable de machines volantes d'origines inconnues sont signalées auprès des gendarmeries et dans les journaux.

Parmi les nombreuses déclarations, on recense par exemple:

- A Haisnes-lés-la-Bassée (Pas de Calais), M. Jean Liefooghe, affirme avoir vu lundi 31 décembre 1973 une soucoupe volante. "Je roulais, a-t-il expliqué; en direction de Lens, quand, dans la traversée d'Hulluch (pas de Calais) sur ma gauche, à 500 mètres environ, j'ai perçu des appels de phares intermittents dans l'obscurité. Alors que je me trouvais à deux cent mètres environ j'ai vu une sorte de fusée en forme de cigare, haute de dix mètre environ, disparaître à une grande vitesse et sans bruit vers l'ouest en laissant durant dix secondes un sillage de couleur orange derrière elle." A son retour de Lens, le commerçant s'arrête sur les lieux mêmes de cette inquiétante apparition et remarque sur le sol d'un champ non labouré, des empreintes de pas et surtout les traces de support d'un engin tripode. Les gendarmes ont relevé des traces de pieds de petite pointure, et surtout, trois marques assez profondes dans le sol délimitant un triangle rectangle de 8,80 m de base et 4,70 m de côté. Mais ils n'ont trouvé aucune trace de combustion.

- Le 07 janvier 1974, à Saint-Vallier-de-Thiez, en pleine nuit, un astronome amateur prend une photo de 6 objets aériens oranges en mouvement. On imagine alors qu'il s'agit d'un jeu de lumières provenant des phares de véhicules militaires en manœuvre.

- Le 10 janvier 1974 est signalé: "En Provence, dans le Lubéron, dimanche dernier, vers 20 h. 30, un couple d'Aptésien, M. et Mme Gérard Volot qui se trouvaient dans leur voiture, sur la route de Goult, au hameau des Cordiers, ont aperçu un objet lumineux dans le ciel. Cet "objet" rouge, clignotait et se déplaçait très rapidement, à l'altitude de 1.000 m. environ. M. et Mme Volot se sont arrêtés afin de mieux observer l'engin qui ne ressemblait à aucun appareil connu et qui, venant du Sud, se dirigeait vers le Mont-Ventoux. A un certain moment, l'objet s'est même immobilisé pendant plus d'une minute, a pivoté sur lui-même et a pris la direction du Nord-Ouest pour disparaître derrière les monts de Vaucluse au niveau du village de Lioux"

- Le 11 janvier 1974, le journal, Le Parisien déclare:
Des O.V.N.I. dans le ciel du Nord LILLE. -- Les O.V.N.I (objets volants non identifiés) continuent à faire parler d'eux dans le Nord de la France. Ainsi, après Maubeuge, Roncq, Lens, c'est maintenant dans la région de Douai que des personnes affirment en avoir aperçu. Un ancien chef de service des houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais, B. Betourne, demeurant à Cuincy-lès-Douai, a déclaré avoir observé dans la soirée du 6 janvier, en compagnie de sa femme et pendant une minute environ, un globe lumineux dans le ciel. Cet O.V.N.I., de couleur rouge-orange, "semblable à une lanterne vénitienne" et aux contours imprécis, était dotée d'un clignotant rouge, a précisé M. Betourne. A Maubeuge, en septembre dernier, à deux reprises, plusieurs personnes ont affirmé avoir vu des "soucoupes volantes". Tout récemment, des habitants de Roncq (près de Lille) firent des déclarations identiques. Et très tôt, dans la matinée du 31 décembre, près de Lens, un épicier, M. Lie Fooghe, disait aux gendarmes avoir vu "un cigare volant". Les enquêteurs firent d'ailleurs un relevé des traces suspectes sur le terrain gelé et lancèrent dans la presse régionale un appel pour retrouver d'autres témoins.

- Dans le quotidien Var-Matin - République, le 13 janvier 1974, on note la présence d'une "soucoupe volante" dans le ciel des Yvelines Un ingénieur des usines Simca-Chrysler, de Poissy, M. James Boulanger, demeurant à Vernouillet (78), se trouvait dans la Plaine de Chanteloup (78), en compagnie de son fils, lorsqu'il aperçut, vers 08h15 du matin, un engin inconnu, équipé de deux phares puissants, qui se déplaçait à une hauteur de 300 mètres en direction d'Andresy. Après avoir éteint successivement ses phares, l'engin disparut à l'horizon. M. Boulanger alerta aussitôt les gendarmes, qui n'ont relevé aucune trace sur les lieux.

- Le Parisien Libéré, du 25 janvier 1974 présente un article: "O.V.N.I. DANS LE CIEL DE DENAIN VALENCIENNES. -- Des traces d'O.V.N.I. ont été aperçues l'autre soir, par un habitant de Denain, près de Valenciennes. "Il était environ 19 h. 30 lorsque j'ai vu 2 objets lumineux dans le ciel, qui se dirigeaient dans le sens sud-nord" a déclaré M. France Pavenne, qui a précisé que l'engin, qui se déplaçait en silence, ne pouvait, en aucun cas être un avion. Toujours selon le témoin, les 2 boules, d'une lueur orange et parfois aveuglante, ne donnaient pas l'impression de suivre une trajectoire bien définie. Ainsi, en moins d'un mois, des objets volants non identifiés se sont manifestés, à maintes reprises, dans la région du Nord, notamment à Maubeuge, Hulluch, Féchain et Denain."

- Le 6 février 1974, L'Ardennais présente à son tour un article "UN OVNI  SUR LA VILLE? Un objet volant non identifié a été aperçu lundi matin au-dessus de Carignan par un Yvoisien se rendant à son travail. Celui-ci, contremaître aux Usines de la Feulerie tient à garder l'anonymat, mais son bon sens et sa réputation auprès des gens qui le connaissent laissent supposer que ses paroles ont un fondement que l'avenir nous expliquera peut-être. Il raconte lui-même: "Il était environ 6 h. 40, lundi matin, je me rendais à mon travail comme chaque matin à cyclomoteur. Alors que je circulais dans la rue Jean-Baptiste Clément, j'ai aperçu une lueur que j'ai tout d'abord prise pour une lueur provoquée par de la soudure à l'arc. Elle venait me semble-t-il de la briqueterie Témana, près de la nationale et je pensais que quelqu'un travaillait déjà par là. Puis la lumière m'est apparue une autre fois et enfin une troisième. "A ce moment là, j'ai tourné la tête dans la direction d'où elle venait et j'ai aperçu un disque plat, blanchâtre pour lequel il était difficile d'évaluer un diamètre vu la distance et surtout une épaisseur. Les lueurs que j'avais vues semblaient venir d'en haut et d'en bas du disque. Il était alors situé très approximativement sur la voie de chemin de fer, à hauteur des trois ponts, et se tenait à environ 60 mètres du sol. Puis soudain j'ai vu une lumière tourner au-dessus du disque qui donnait l'impression d'éclairer comme un phare au bord de la mer. Il est alors parti en direction de Sedan, assez rapidement et m'a été ensuite masqué par une colline." N'étant pas sujet à des hallucinations et ne croyant pas au soucoupes volantes, le témoin se rendit à son travail sans rien dire mais en pensant bien sûr que quelqu'un avait vu la même chose que lui. Pourtant il semblait qu'aucun de ses compagnons de travail n'ait pu suivre ce phénomène et il se décida donc à leur raconter ce qu'il avait vu, puis à aller faire une déposition à la Gendarmerie. Aucun indice pour l'instant ne vient corroborer ou détruire ce récit, pourtant la bonne foi du témoin ne pouvant être mise en cause, on se pose des questions sur ce phénomène. Toutes les possibilités pouvant amener une explication logique ont été envisagées. Ni un avion, ni une météorite n'auraient pu ainsi s'arrêter en l'air, et de l'endroit où le témoin était on ne peut voir les caténaires des locomotives qui auraient pu provoquer des étincelles. L'avenir ou de prochains témoignages nous expliqueront sans doute ce phénomène.

-L'article ci-dessous est paru dans le quotidien France Soir, France, le 18 février 1974. "Cigare" dans le ciel de la Nièvre Même les gendarmes l'ont vu NEVERS, samedi. Le dossier "soucoupes volantes" s'épaissit. Le mystère aussi. Les engins lumineux parmi lesquels cigares, cigarillos, disques, sphères, etc., surgissent devant les yeux de témoins pour la plupart dignes de foi. Dans le ciel de la Nièvre, et plus précisément sur la petite ville de Decize, c'est un énorme cigare qui a été aperçu à plusieurs reprises depuis le début de la semaine. L'alerte avait été donnée dès lundi matin par un ingénieur, M. Cahour. - Pendant plus d'une heure, un cigare lumineux, 20 fois plus gros qu'une étoile, a survolé ma maison, vint-il affirmer aux gendarmes de Decizes qui, sceptiques, n'accordèrent que peu de crédit à cette "révélation". Mais, le mercredi suivant, une habitante d'une commune voisine de 15 kilomètres, Neuville-les-Decize, venait elle aussi témoigner: - Un objet silencieux entouré d'un halo lumineux survolait ma maison ce matin, jurait Mme Bonnet.

- Le 24 février 1974, à Damazan, en Lot-et-Garonne, Marie-Claire Pavan et son frère Jean-Paul, aperçoivent un objet en forme de cigare, de 3 ou 4 m. Celui-si s'immobilisera un instant au-dessus d'eux avant de reprendre sa trajectoire.

- Le 28 février 1974, à Angers, Jean-Bernard Moriceau, sur une route de campagne, voit son véhicule s'immobiliser sans raison apparente. Il descend et aperçoit alors à 500 mètres un immense objet d'une couleur insoutenable, ayant la forme d'une moitié de ballon de rugby et équipé de lucarnes. L'engin survola la zone industrielle d'Ecouflant pendant 1/2 heure puis disparut. La voiture redémarra alors normalement.

- Rapportée dans le quotidien Le Parisien Libéré, le 6 mars 1974: cinq policiers ont observé un objet lumineux évoluer pendant 2 heures au-dessus de la vallée de Montmorency la date étant donnée par le journal comme "l'autre soir".

- Le 23 Mars 1974 à Tavernes dans le Var, un médecin demeuré anonyme prend une photo d'ovni particulièrement intéressante. La photo fera l'objet d'une mise en cause de la part de sceptiques qui rappellent que "des rayons lumineux tronqués sont une impossibilité." Des scientifiques leur rappelleront qu'ils ont oublié d'envisager que le phénomène photographié puissent être par exemple une ionisation locale de l'air par un champ électromagnétique, une sorte d'arc électrique très aigu, expliquant la photographie.

ufo_tavernes_23mars1974
Photographie originale

Les observations insolites (mais de moins en moins) vont continuer à un rythme très important tout au long de l'année 1974